Mars 2016

À l’occasion de la Semaine de la francophonie,  la professeure Linda Cardinal, de l’École d’études politiques de l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherches sur la francophonie et les politiques publiques est interviewée à Ginette Gratton reçoit une émission diffusée à TV Rogers. Elle y parle notamment de son domaine de travail, de ses recherches, de ses intérêts professionnels, dont les politiques identitaires.

L’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO), lors du Gala des prix Bernard-Grandmaître en février dernier, décernait le Laurier du francophile de l’année à Me John Mark Keyes, expert en droit public et professeur à la Faculté de droit, section Common Law, de l’Université d’Ottawa. Me Keyes a collaboré étroitement à la rédaction de l’approche législative proposée pour que la Ville d’Ottawa devienne officiellement bilingue. Il a accordé une entrevue à l’animatrice de l’émission Ginette Gratton reçoit sur les ondes de TV Rogers.

Dans sa chronique Le droit et nos droits publiée dans l’hebdomadaire L’Express de Toronto, Gérard Lévesque résume la communication du professeur Marcel Martel de l’Université York lors du Colloque annuel du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa, L’Ontario bilingue? Utopie, opposition et activisme citoyen

Dans son analyse de la dixième édition du Rendez-vous francophone du maire d’Ottawa, Ambiance cordiale au déjeuner francophone du maire, Benjamin Vachet souligne que Jim Watson est d’avis que son opposition au projet d’une capitale officiellement bilingue ne nuit pas aux relations avec la communauté francophone. Rappelons-nous que le projet d’une capitale officiellement bilingue vise à officialiser le bilinguisme de la Ville d’Ottawa afin d’en assurer la pérennité. Et si ce n’était de nous, insisterait-il autant sur la qualité des services en français?

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, accueillait récemment ses contribuables à son Rendez-vous francophone annuel, mais il a passé sous silence la question du bilinguisme officiel de la capitale :  Ottawa a fait des progrès, dit Watson. N’y a-t-il aucun des francophones présents qui a soulevé la question?

Gérard Lévesque, dans sa chronique Justice et droits, publiée dans l’hebdomadaire albertain Le Franco, nous présente les conclusions du professeur Jean Delisle lors du colloque annuel du Centre de recherche en civilisation canadienne-française (CRCCF) de l’Université d’Ottawa : Une politique égalitaire de bilinguisme ne saurait reposer uniquement sur la traduction

Les journalistes de TFO constatent, dans leur analyse du premier budget du gouvernement de Justin Trudeau, qu’il demeure « un certain flou pour les communautés francophones en contexte minoritaire » : Budget fédéral : bilan mitigé pour la francophonie

Sébastien Pierroz, dans « Ottawa est une ville anglophone, retournez-au Québec. » décrit le cas d’un francophone qui a reçu cet accueil lorsqu’il a tenté de s’inscrire pour l’aide sociale auprès d’un service administré par la Ville d’Ottawa pour le gouvernement de l’Ontario

Denis Gratton a profité d’un voyage en Saskatchewan pour réaliser une entrevue avec l’auteur-compositeur-interprète louisianais, Zachary Richard, qui était de passage à Régina, La valeur du français selon Zachary. Celui-ci soulignait notamment : « En Louisiane, les anglophones ont cessé de considérer le français comme un embarras et à le voir comme un avantage et un trésor à la communauté. »

Mélanie Joly, ministre du Patrimoine canadien, en entrevue avec TV5, justifie le retrait de la mention ‘langues officielles’ de son titre officiel

La ministre du Patrimoine canadien n’a pas encore rencontré la Fédération des communautés francophones et acadienne (FCFA), qui représente les communautés francophones en situation minoritaire, et sa présidente trouve que le temps presse pour s’assurer que les langues officielles soient respectées et célébrées au cours des activités du 150e anniversaire de la Confédération : Inquiétude pour les langues officielles. Et qu’en est-il du bilinguisme officiel de la capitale du Canada au cours de cette année de célébration? Les activités dans la capitale, Ottawa, auront-elles lieu dans une ville encore officiellement unilingue?

Stéphane Leclerc, intitule son billet Dans les couloirs de l’hôtel de ville, qu’il aborde en soulignant les récents hommages au député libéral Mauril Bélanger et son appui pour les droits des francophones à Ottawa et partout au pays :  De nombreux obstacles sur la route du bilinguisme officiel à Ottawa

Aurélie Lacassagne, professeure agrégée en sciences politiques à l’Université Laurentienne et chroniqueuse invitée par le Groupe Média TFO, nous encourage a examiner de plus près différentes questions d’intérêt pour la francophonie qui ont fait couler beaucoup d’encre, pour ne pas dire de salive, depuis quelque temps : Réflexion sur les excuses et symboles

Une brochette impressionnante de personnalités francophones du Nouveau-Brunswick demandent au réseau CBC de ne plus contribuer à du « francophone bashing » par des francophones qui s’en donnent à cœur joie sur son site Internet, tel que rapporté ans Le Devoir par Hélène Buzzetti : Front commun contre les propos francophobes

Le Droit rapporte qu’un sondage Segma Recherche révèle que les Gatinois sont largement favorables au bilinguisme officiel de la Ville d’Ottawa : Appuis Gatinois pour Ottawa ville bilingue

Publicités