Mars 2015

Denis Calnan, dans l’édition de mars 2015 d’Ottawa Magazine, parle à des gens des deux côtés du débat sur le bilinguisme officiel de la Ville d’Ottawa : Parlez-vous English?

Voici quelques idées pour alimenter la réflexion de ceux qui s’interrogent sur comment « Définir le bilinguisme officiel pour Ottawa ».

« Le bilinguisme est une richesse que nous n’exploitons pas suffisamment du point de vue économique », selon Katherine d’Entremont, commissaire aux langues officielles du Nouveau-Brunswick. Résultats de l’étude « Deux langues, c’est bon pour les affaires ».

Pierre Jury est d’avis que Royal Galipeau, le député conservateur d’Ottawa-Orléans, doit se faire le champion de la cause d’Ottawa, ville bilingue, auprès au caucus conservateur régional.

Le journaliste Gilles Taillon, de Radio-Canada, explique pourquoi l’ambiance n’était pas à la fête pour tous les francophones d’Ottawa, alors que la Journée internationale de la Francophonie était célébrée de par le monde :Des militants veulent le statut de ville bilingue.

Gilles LeVasseur estime que les Franco-Ontariens sont une nation au même titre que les Québécois.

Impératif français offre un Prix Citron à la Ville d’Ottawa.

Le député conservateur d’Ottawa-Orléans, Royal Galipeau, renvoie la balle sur la désignation bilingue officielle de la Ville d’Ottawa à la province de l’Ontario : À la province d’agir.

Les chefs de file de la Francophonie en Ontario et au Canada, en soulignant la Journée internationale de la Francophonie, veulent que l’apport inestimable de la Francophonie et de la langue française au Canada soit reconnu.

Le Regroupement des gens d’affaires de la Capitale nationale (RGA), dans son message pour la Journée internationale de la Francophonie, souligne que la progression sociale et économique des francophones au Canada doit se poursuivre, notamment à l’échelle provinciale et municipale, en particulier par l’adoption du statut de bilinguisme officiel pour la Ville d’Ottawa.

Michaëlle Jean, la Secrétaire générale de la Francophonie, dans son message pour la Journée internationale de la Francophonie, nous rappelle qu’il faut se demander ce que nous pouvons faire pour que change ce qui doit changer et qu’il est urgent de réagir et d’agir.

Le Mois de la Francophonie : Les manifestations du Mois de la Francophonie, selon Jean Gagnon (Le Droit) ne doivent pas faire oublier que la place du français au Canada est loin d’être acquise.

Publicités