Avril 2015

Le quotidien The Citizen annonce que l’ambassade de France va appuyer le mouvement pour accorder une désignation de bilinguisme officiel à Ottawa : French ambassador backs move to make Ottawa a bilingual capital.

Il faudra s’attendre à des commentaires déplacés à mesure que la question du bilinguisme officiel pour la Ville d’Ottawa fait les manchettes. Le phénomène des commentaires injurieux en réponse à des textes d’opinion sur le Web, tel que vu par Pierre Allard : Du débat au combat…

Dans son blogue, Pierre Allard commente sur la menace qui pèse notamment dans l’Est ontarien (les comtés unis de Prescott-Russell), Déclin du français : Prescott-Russell en transition, et Tina Desabrais, présidente de l’ACFO de Prescott-Russell lui répond : Nous nous comportons en majoritaires.

Selon Pierre Allard, journaliste et ex-éditorialiste au quotidien Le Droit, le commissaire aux langues officielles aurait dû sonner l’alarme après l’analyse des portraits des groupes de langue officielle des deux côtés de la rivière des Outaouais et il est d’avis qu’ils « brossent un tableau décapant du déclin de la langue française » :Portrait des groupes de langue officielle à Ottawa : y a-t-il vraiment du positif? et dans Francophonie : sonner l’alarme à Gatineau et à Ottawa.

La ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario commente les données tirées du Portrait des groupes de langues officielles : La ministre Meilleur préoccupée par le recul du français.

La politique d’immigration francophone est-elle à revoir? Une entrevue à Unique FM 94,5 avec Linda Cardinal, professeure à l’École d’études politiques et titulaire de la Chaire de recherche sur la francophonie et les politiques publiques de l’Université d’Ottawa.

Certains s’interrogent sur les propos positifs du commissaire aux langues officielles quant à l’évolution du français dans la région d’Ottawa et Gatineau : De vives réactions aux propos de Fraser.

« On peut ergoter sur les chiffres précis mais la direction que prend la communauté francophone à Ottawa est limpide, et c’est vers le bas. » Pierre Jury, dans son éditorial Le poids du français, fait le point.

Le commissaire aux langues officielles, Graham Fraser, voit des éléments positifs dans les données sur l’évolution des groupes linguistiques et préfère parler en nombres absolus, selon Paul Gaboury, dans Le Droit : Fraser voit du positif.

La hausse du nombre de personnes bilingues, dans tous les quartiers de la capitale nationale est-elle réjouissante pour ceux qui militent en faveur de l’officialisaton du bilinguisme à la Ville d’Ottawa? Ici Radio-Canada : Le bilinguisme progresse dans les quartiers d’Ottawa.

Denis Gratton n’est pas sûr que les francos de la région sont voués à la disparition, malgré les statistiques duPortrait des groupes de langues officielles d’Ottawa préparé par Statistique Canada pour le Commissariat aux langues officielles, dans Crier plus fort.

Le nombre des francophones dans la région augmente, mais leur proportion diminue, puisque le nombre d’allophones a beaucoup augmenté : Les francophones perdent du poids dans la région.

Le Commissariat aux langues officielles présente le Portrait des groupes de langues officielles de la région d’Ottawa. Le portrait n’est pas réjouissant pour les francophones. Lire son rapport complet en format PDF dans la section Documentation contextuelle.

Les forces démographiques érodent lentement le caractère français d’Ottawa selon Andrew Duffy, qui écrit dans le Ottawa Citizen : French losing ground to English, immigrants in Ottawa.

Marie-France Kenny, présidente de la FCFA n’est pas convaincue par les propos du ministre Chris Alexander : Kenny maintient ses propos.

Le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l’immigration fait le point sur la question de l’immigration francophone au Canada, en réponse à Marie-France Kenny : Le ministre fait le point.

Pourquoi de nombreux francophones veulent-ils que la capitale du Canada, Ottawa, soit officiellement bilingue? La grande entrevue de Denis Gratton avec Marie-France Kenny, la présidente sortante de la Fédération des communautés francophones et acadiennes, Se tenir debout pour sauver le français, nous fait réfléchir, tout comme l’entrevue avec Linda Cardinal, publiée dans Acadie Nouvelle : L’immigration, le nerf de la guerre.

Publicités